Références

Le savoir faire d'une professionnelle reconnue !

Cathy Ehrhart, une fleuriste médaillée et inspirée !

  • 1988 : Meilleur Ouvrier de France
  • 1988 : Coupe d'Europe des Fleuristes
  • 1982 : Coupe de France des Fleuristes

La presse en parle

Retour sur les expositions marquantes de Cathy Ehrhart !

Dessin Jean Risacher
© Dernières Nouvelles d'Alsace, Dimanche 14 Novembre 1999. - Tous droits de reproduction réservés

Les racines du succès

A peine la saison estivale est-elle achevée, que celle de Noël se précise. En attendant, Obernai la touristique connaît dimanche après dimanche, une affluence des plus considérables. Le week-end dernier, on a même assisté devant la salle des Saints Patrons, où se tenait l'exposition de Cathy Ehrhart, fleuriste d'excellente réputation, à l'apparition d'une file de plusieurs mètres. « Jamais je n'ai fait la queue pour aller voir une expo à cet endroit », nous assurait une Obernoise agréablement surprise par le succès de l'artiste - fleuriste du cru. Sans doute est-il mérité. Et ce ne sont pas les quelques minutes d'attente qui ont dissuadé le public de visiter la manifestation, à moins qu'il n'ait pris racine comme le suggère notre dessinateur.

© Dernières Nouvelles d'Alsace, Vendredi 24 Mars 2000. - Tous droits de reproduction réservés

Mariage floral entre tradition et modernité

La fleuriste Cathy Ehrhart ne manque ni d'imagination, ni de créativité. Elle le prouve en exposant des ensembles floraux modernes dans un décor de ferme ancienne implantée salle des Saints-Patrons à la mairie d'Obernai.

Dès l'entrée, le visiteur tombe sous le charme avec les animaux de la basse-cour. Des poules en paille et foin font leur nid. On y trouve même des poules pondeuses. Un peu plus loin, les lapins se retrouvent dans un clapier à barreaux d'un autre âge. « Nous avons voulu créer un contraste entre l'aménagement rustique d'une ferme et les créations modernes », a souligné l'artiste en indiquant que sa fille, Hélène, l'a beaucoup aidée dans ses choix. Au détour d'une allée, on découvre tout un assortiment d'oeufs de poule, caille, oie ou autre palmipède. Les oeufs, ont, en cette période avant Pâques, une grande place dans l'exposition. On les trouve dans les nids de foin ou de paille, suspendus à un fil, et même en couronne ou en train d'éclore, dans leur coquille naturelle, tressée en matière végétale et même en mosaïque, dans un cadre de branches naturelles de prunus sauvage en fleurs.

Un mariage en rouge et noir

Pour Cathy Ehrhart, il est important de créer une harmonie entre l'habit, la coiffure et le bouquet de la mariée. Pour aider les futures épouses à faire leur choix, elle a réalisé des bouquets sous de nombreuses formes originales : sacs à main, en forme de cornet, de coeur ou de fourreau brodé de fleurs. « Nous présentons, à côté des fleurs naturelles, des bouquets intemporels qui se conservent indéfiniment », a noté au passage la conceptrice avant de présenter des coiffures « extravagantes » et celles à base de végétaux et de fleurs. Dans cette allée, les futurs mariés auront le choix entre le mariage en blanc, celui en vert et blanc qui assortit le coussin à alliances avec le bouquet ou le mariage en rouge et noir avec un bouquet en traîne à base de roses rouges et de perles rouges formant un contraste avec les plumes noires.

Du végétal dans la maison

« La fibre végétale peut entrer dans la maison sous toutes ses formes », a noté Cathy en montrant des lampes réalisées en matières naturelles ou des compositions à base de baguettes permettant de canaliser les fleurs. Elle privilégie également le rustique avec des bougeoirs donnant un éclat particulier aux grands vases en verre transparent qui donne du relief aux fleurs d'amaryllis rouge ou aux strelitzias (oiseaux du paradis). L'exposition est ouverte du vendredi 24 mars au lundi 27 mars de 10h à 19h sans interruption, dans la salle des Saints-Patrons à la mairie d'Obernai.

Sous un dôme fleuri d'amaryllis et de gypsophiles, même les statues centenaires du hall d'entrée se sont parées de fleurs, de plumes, et autres coquillages…
(Photo DNA - Jean-Christophe Dorn)
© Dernières Nouvelles d'Alsace, Samedi 13 Novembre 2004. - Tous droits de reproduction réservés

Une mer de fleurs pour un Noël autrement

Le remarquable bâtiment principal des bains municipaux du boulevard de la Victoire sert de cadre jusqu'à lundi à une magnifique exposition florale placée sous le signe d'un Noël d'ailleurs, tropical à souhait.

« Quand Cathy Ehrhart m'a contactée dans l'idée d'organiser ici une exposition d'exception, explique Chantal Seguin, la responsable des bains municipaux du boulevard de la Victoire, j'ai tout de suite été séduite, car nous sommes dans un lieu lui aussi d'exception. » Du coup, même les statues centenaires du hall d'entrée ont revêtu de magnifiques atours, mélange de fleurs, de plumes, et autres coquillages… Au-dessus de leurs têtes, le dôme s'est quant à lui paré d'un faux plafond en étoile, composé de 300 amaryllis blancs et de 750 gypsophiles…

« Je suis ravie car j'ai trouvé ici ce que je cherchais, confie la fleuriste Cathy Ehrhart qui a voulu développer le thème d'un Noël tropical. Un lieu d'eau hors norme pour présenter cette exposition sur Noël autrement. » Elle ne compte d'ailleurs plus les heures de travail depuis le lancement de l'opération, au courant de l'été. Entre la prise de mesures entre les piliers ou les hauteurs de plafond, il a également fallu amasser peu à peu tous les accessoires de mer -oursins, nacres, étoiles et coquillages- qui allaient accompagner les fleurs. « Nous en avons trouvé chez divers fournisseurs, mais également sur nos lieux de vacances respectifs… »

Couronnes de l'avent en coquillages…

Puis il a fallu imaginer les alliances… Au sein de l'équipe de dix-huit personnes mobilisées sur le projet, quatre « créateurs » s'y sont attelés : Cathy Ehrhart, Carole et Fabienne, ses deux plus anciennes collaboratrices, ainsi que Lionel Unternehr. « Nous nous sommes follement amusés, reconnaît Cathy Ehrhart. Cela nous a sortis de notre quotidien. » Au final, couronnes de l'avent et éventails muraux sont en coquillages, en plumes ou en fausse neige. Ils sont parfois sertis d'oursins, de minuscules étoiles de mer ou d'éclats de verre. Les faux lustres sont en bois de tortuosa emballé dans des bandelettes de plâtre. Les coupelles sont en nacre, les suspensions et bougies habillées de bigorneaux ou de Saint-Jacques…

Recoins et escaliers sont exploités, rehaussés de drapés ou constellés de pétales de rose, ici dans les tons rouges, là en fuchsia. Une alcôve a également été livrée à une cohorte de facétieux singes de Noël. Enfin, des palmiers géants plus vrais que nature dominent la terrasse de la grande piscine devenue luxuriant jardin tropical où s'exposent aussi les tableaux d'inspiration africaine de Caroline Lomeur. Une exposition aussi belle que dépaysante…

Sylvie Bodin
Un ciel de plumes et d'amaryllis orne le grand escalier du Palais du Rhin. C'est l'entrée en matière de l'exposition florale.
(Photo DNA - Michel Frison)
© Dernières Nouvelles d'Alsace, Samedi 24 Novembre 2007. - Tous droits de reproduction réservés

L'artisan fleuriste expose sa créativité

Des fleurs, des robes extravagantes, des décors de table, des plumes, des lumières, de la musique. Plus qu'une exposition florale, l'évènement de ce week-end au Palais du Rhin est un hymne à la créativité des artisans fleuristes.

« A travers cette exposition, nous voulons montrer que nous ne sommes pas que des vendeurs de fleurs, mais que nous sommes des créatifs », explique Cathy Ehrhart, présidente de l'association Esprit Touch'à Fleurs. Organisatrice de cette manifestation, elle veut sensibiliser le public à un métier qu'elle estime en péril. « Des confrères disparaissent. L'artisan fleuriste est relégué par les entreprises de négoce. L'ANPE ne veut plus subventionner des stages dans nos entreprises. Tous les indicateurs sont au rouge », déplore-t-elle.

« C'est le fruit d'une année de travail »

Pour susciter des vocations parmi les jeunes, les fleuristes ont déployé tous leurs talents d'innovation et de créativité. Il y a bien entendu des fleurs, des amaryllis, des orchidées et des cyclamens, tout en blanc. Mais aussi toutes sortes de matières. Des plumes, du tulle, du plastique de toutes les couleurs, du grillage, du raphia, du papier crépon, tout ce que l'artisan fleuriste utilise pour réaliser ses créations florales. Sauf qu'il ne s'agit pas cette fois de bouquets, ni d'arrangements floraux, mais de robes. Plus extravagantes les unes que les autres.

Soixante robes déclinées en cinq thèmes : le blanc et noir, la gourmandise, la nature, les princesses et les anges. Ces robes seront portées par des mannequins professionnels au cours de trois défilés de mode, samedi et dimanche après-midi. Noël napos;étant pas absent de cette manifestation, c'est Hanstrapp qui ouvrira le défilé et c'est le Christkindel qui fermera la marche. Mais rien à voir avec les figures traditionnelles qu'on donne à ces personnages.

« J'espère qu'on comprendra notre démarche. C'est de l'expression artistique. Il s'agit de montrer que dans notre métier, on peut s'exprimer. Comme faire un bouquet rond avec du nougat. » Des tables de fête sont par ailleurs exposées sur onze thèmes différents dont les nounours, l'argent, le noir et le blanc, le rouge, les anges, les gourmandises.

Cette manifestation a pour décor le majestueux Palais du Rhin. Un ciel de plumes et d'amaryllis accueille le visiteur dans l'entrée du bâtiment. Deux tapis d'orchidées blanches ornent les arches du grand escalier. C'est la salle des fêtes récemment rénovée qui abrite le podium des défilés de mode. Cathy Ehrhart est abonnée aux sites prestigieux. Il y a trois ans, c'est aux Bains municipaux qu'elle avait organisé une précédente exposition florale.

Une vingtaine de personnes était à l'oeuvre pour réaliser l'évènement de ce week-end. Des fleuristes, des techniciens, des bénévoles. « C'est le fruit d'une année de travail », précise Cathy Ehrhart. Entre 5 000 et 8 000 visiteurs sont attendus pendant les trois jours de l'exposition qui a obtenu le soutien de la Ville et du Conseil Régional.

Chantal Grandgeorge